Les Saisons de l'après

Keiko et Moeko, deux rescapées d’Hiroshima en 1945, poursuivent le même rêve: avoir un enfant. Elles mettent au monde deux beaux garçons, Kenji et Yukio, avant de succomber à leur accouchement… De leur mort naît ainsi la vie. Kenji et Yukio vont grandir ensemble, symbolisant un Japon à la fois marginal et anticonformiste. Parce qu’indésirables dans une société étouffante, parce que partisans d’un changement de mentalités, ces amants maudits représentent le mal de vivre dans ce qu’il y a de plus fataliste. Des fissures se forment, des destins s’entrechoquent...
Dans ce Japon au visage peu connu, Les Saisons de l’après abonde en symboles qui épurent la violence avec une douce sagesse mélancolique. La tragédie de ces deux personnages n’en finira pas de marquer les esprits, non pas à travers une écriture austère qui assure la distance fictive; mais dans ce rapprochement d’une époque qui coïncide avec la nôtre, où la poésie cohabite avec le baroque et la véhémence de sentiments inexprimables.

164 pages  -  ISBN : 9782748355864  -  Romans psychologiques > Commander le livre
La presse en parle

Stage de printemps

Stage d'écriture créative du 25 mai au 29 mai à Marseille;

Stage « le récit poétique : une rhapsodie épique » ?

Le titre « Rhapsodie épique » est emprunté à Jack Kerouac qui définissait son texte « Sur la route » comme « un roman-poème, ou plutôt un poème narratif, une rhapsodie épique ».
Le stage propose de laisser se dérouler l’écriture de chacun et de mélanger les rythmes et les accroches, on pourra envisager une nouvelle ponctuée au fil du récit par des détours poétiques, l’idée principale « la route » est de faire émerger des personnages, des pensées, des fragments et en faire un récit vivant qui serait le début de plusieurs autres, une errance écrite. Pour se faire outre le premier et dernier jour dans un lieu repéré et assis, l’écriture se déroulera sur plusieurs lieux de « voyage » comme par exemple l’île du Frioul.

L’avez-vous cette ivresse d’aimer passionnément découvrir ce qui vous est étranger ? Cette ivresse de vouloir vivre la terre entière, toute frontières abolies, et pouvoir affirmer : « je suis partout chez moi ! » ?
Blaise Cendrars. Partir.


Posté le 23/03/2015 17:58:32 1 commentaire(s)
Laissez un commentaire
Votre nom ou pseudonyme * :
Votre e-mail * :
Votre message * :

* Champs obligatoires.